github twitter mastodon email
La blockchain du futur VS l'Internet collectiviste
Sep 20, 2018

Ce n’est pas un secret : je suis de gauche [1]. Je crois sincèrement en la collaboration désintéressée vers un futur commun qui représente en lui-même un intérêt. C’est pour cela, par exemple, que je m’oppose à la rémunération motivationnelle au sein de collectifs, même à base de monnaie libre. Je ne pense pas que le capitalisme doive être une motivation, je pense au contraire que la meilleure motivation est celle qui vient de l’esprit.

Quand on rêve de voir quelque chose se construire, et qu’on est plusieurs à le rêver, on le produit. C’est pour cela que les FAI associatifs existent depuis 1992, et existent encore. C’est pour cela que des sites de merde qui ne servent à rien existent et continuent d’apparaître régulièrement. C’est pour cela que des blogs continuent de parler années après années. Alice est morte, Tiscali est par terre, mais FDN est là. Et avec elle, une trentaine d’autres groupes de bénévoles qui ne veulent qu’une chose : l’Internet qui marche [2].

Ces derniers jours, je vois passer de plus en plus de discours affirmant que la blockchain amène avec elle le nouveau web (souvent même mal écrit “un nouvel Internet”) [3]. Un super web top tiers, décentralisé, avec une rémunération pour la production de contenu automatique et où les plus récompensés sont ceux qui méritent le plus d’avoir le droit de décider pour tout le monde.

Quand c’est Tintin [4] qui vient parler finances par le bitcoin et fluctuation du marché avec régulation par méritocratie, je m’en fiche. Je leur laisse leurs délires capitalistes, j’ai d’autres câbles à brancher. Quand ça parle réseaux sociaux décentralisés échappant à la censure, là, par contre, ils ont mon attention.

Or, ce qu’on retient, c’est que c’est décentralisé non pas comme Mastodon, qui se modère par instances avec ses propres règles et laisse à chacun⋅e la liberté de choisir comment est gérée son instance, mais comme dans “absence de régulation”. C’est décentralisé au sens que personne ne peut modérer de contenu.

Les délires libertariens se veulent visiblement le paradis du pedoporn, du fascisme décomplexé ou de la propagation de contenu illégal. Ce n’est pas de leur faute si c’est incontrôlable : c’est pour protéger la liberté individuelle. Sur Mastodon, si quelqu’un veut publier du pedoporn, il peut techniquement le faire. Il ne sera pas censurable. Mais les autres autour ont accès à la modération de leur instance, et pourront choisir de couper l’accès à ce type de contenu, protégeant à la fois leur position légale et leurs utilisateur·ice·s.

Ça, c’est un petit point, ce n’est pas ce qui m’intéresse.

Ce qui me captive, c’est la volonté de salarier toute action grâce à la blockchain. Transformer des interactions sociales libres en preuve de travail rémunérée, en smart-contract payé. Sérieusement.

Sur le réseau social AKASHA [5], les interactions sont rémunérées en ETH. Et c’est cela que certain·e·s voient être un futur radieux ? On a déjà largement eu la démonstration de la rémunération de contenu. Si dans la tête des libertariens, cela donne un idéal méritocrate, la réalité est que ça débouche sur une dystopie méritocrade. Regardez simplement YouTube ! Les contenus les plus vus, les plus attrayants, ne sont pas les vidéos de vulgarisation des vidéastes de la Vidéothèque d’Alexandrie, des débunkers sceptiques ou des militant⋅e⋅s chevronné⋅e⋅s. Ce sont des vidéos au contenu attrayant, simple, rigolo sans être fatiguant.

Ce n’est pas une amélioration que de considérer que Cyril Hanouna ayant plus d’audience, il a plus le droit de choisir ce qu’on peut voir à la télé que C’Est Pas Sorcier. Ce n’est pas une amélioration que de payer les contenus les plus appréciés : ils ne deviendront pas meilleurs pour la société, mais plus addictifs et attrayants. Sans demi-mesure ni conscience politique, sans réflexion ni culture, mais simplement orientés sur l’amusement qui rapporte.

Et d’ailleurs, rémunérer les interactions sur un réseau social ? Sérieusement ? Alors qu’on suppose déjà pas mal que Facebook et Twitter, avec leurs likes, provoquent un shot de dopamine régulier ? [6] [7]

C’est un excellent plan pour avoir des gens qui courent h24 après un quart d’heure de gloire sur un réseau social “du futur”. Où chacun·e cherche l’affection, quitte à, comme on le voit déjà, s’abaisser à tout ce qui lui permettra de rafler l’attention d’un pouce qui stoppe son scrolling.

À l’inverse, Ploum parle d’inventer un réseau social où on ne sait jamais qui nous lit, combien de gens partagent ce qu’on dit, et combien nous suivent. [8] Pas de blockchain et de récompenses à coups de bouts de monnaie virtuelle. Juste l’idée que, faute de reconnaissance, on parlera avec une volonté de partager des choses intéressantes plutôt que des choses avilissantes. Simplement la proposition d’une humilité honnête, où l’on ne peut que partager pour le plaisir de partager, faute d’avoir le moindre quart d’heure de gloire − du moins, tant qu’on l’ignorera.

La blockchain n’est pas salutaire par le simple fait de décentraliser, tout comme IPFS ne l’est pas. La technologie sans direction politique peut autant créer des armes à feu que nourrir la planète. Je ne pense pas que ce soit par la récompense crypto-financière qu’on construira un web qui nous plaît. Je crois que c’est dans le désintéressement, loin de l'égoïsme, que l’on trouve la volonté de bâtir pour tout le monde.

Mastodon est mené par des bénévoles, animé par des bénévoles. Les FAI associatifs sont menés par des bénévoles, animés par des bénévoles. Les projets libres sont (souvent) menés par des bénévoles, animés par des bénévoles. Des bénévoles passionné⋅e⋅s par ce qu’iels construisent pour les autres, et se satisfont de cet apport. Le web n’a jamais été pensé comme une réussite financière, mais comme un monde de partage. On construira un futur technologique radieux avec des volontés désintéressées ; on ruinera le futur d’Internet avec des ambitions mercantiles. Quant à Internet, il mérite qu’on le libère du marché qui l'étouffe.

Enfin, pour ce qui est de la prise de décision, je préfère quand tout le monde peut lever la main en AG plutôt que quand les plus riches votent entre eux. Étonnement, je crois qu’un seul de ces cas de figure sert l’intérêt de tou·te·s, et que l’autre sert juste à renforcer la puissance d’une minorité.

Soyons libres, passionné·e·s et désintéressé·e·s. Nous produirons moins, mais mieux.

Merci à Doshirae, Sebbaz et Dashie pour leur relecture


  1. Un libéral a quitté le blog ↩︎

  2. Et pas “En Marche” ↩︎

  3. https://medium.com/@cyrilpaglino/blockchain-protocoles-d%C3%A9centralis%C3%A9s-et-crypto-actifs-ou-la-plus-grande-r%C3%A9volution-technologique-72cc9599a32d ↩︎

  4. Je dis “Tintin” pour balancer un nom rigolol, je ne parle ni de Hergé ni d’un tatoueur connu ↩︎

  5. https://korben.info/akasha-le-reseau-social-decentralise-du-turfu-eth-ipfs.html ↩︎

  6. https://sci-hub.tw/https://www.ingentaconnect.com/content/ben/cpd/2014/00000020/00000025/art00007 ↩︎

  7. https://www.ama.org/publications/MarketingNews/Pages/feeding-the-addiction.aspx ↩︎

  8. https://ploum.net/pour-labolition-du-like/ ↩︎