github twitter mastodon email
Oui, sérieux, ta gueule (Trump, Twitter & la gauche)
Jan 18, 2021

Je ne vais pas vous faire l’affront de situer en détail la situation. Donc pour celleux qui n’auraient pas suivi : Trump chauffe ses soutiens ; ses soutiens fascistes et néo-nazis font un rallye au Capitol ; Trump se retire un peu parce que ça la fout mal ; « on » fait des mèmes avec un nazi que « on » trouve rigolo ; Twitter bloque les comptes perso de Trump ; les élu⋅e⋅s de droite comme de gauche en France s’insurgent.

Ruffin nous dit que Trump, c’est pas sa tasse de thé. Visiblement, les enjeux de gouvernance technologique, de censure et de gestion du fascisme non plus.

Ruffin n’est pas le seul. J’ai été alpagué, lorsque j’en ai parlé sur Mastodon, par du librisme sauvage. En effet, Twitter c’est centralisé, alors c’est bien fait pour Trump qu’il en subisse les conséquences − fallait utiliser le LIBRE. Mais comme libriste est contre la censure, c’est quand même scandaleux. Trump d’ailleurs, devrait avoir le droit de s’exprimer. C’est grave de censurer un Président encore en fonction. Président qui d’ailleurs a été bafoué par les votes − et soudain apparaît la rhétorique des trumpistes sous le masque blanc de Guy Fawkes.

Il est temps de ra-len-tir et de vous poser quelques questions. Arrêtez avec cette idée absurde de « je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous puissiez le dire ».

En premier lieu, Trump n’a pas été banni de Twitter à titre de Président, mais à titre d’utilisateur. Son compte personnel, qu’il tenait à utiliser au lieu de celui de la Maison Blanche ou de POTUS, pour gagner des abonné⋅e⋅s [1].
Ce même compte personnel où il a passé la totalité d’un mandat à étaler de la haine, à soutenir le fascisme tout en attaquant l’anti-fascisme [2], et sur la fin, à mentir éhontément sur sa victoire avant celle-ci, cherchant à tromper tout un pays sur qui est son gouvernement élu. Déni de démocratie ? Un peu, ouais. [3]

Ensuite, comme le libriste sus-mal-cité l’indique, Twitter est une plateforme privée, d’intérêts privés, avec des règles arbitraire et une modération du même acabit [4]. Depuis toujours, les militant⋅e⋅s de tous poils et de tous bords se font saborder la tronche à grands coups de machettes de bots, craignant le moindre « pd » réapproprié par les personnes LGBT plus que les « sales juifs » qui peuvent être assénés avec force et fermeté sans que cela n'émeuve trop la Silicon Valley. Rappelons même qu'à un moment, des hashtags comme #bisexuel étaient carrément passés à la moulinette de la censure systématique [5].

Il en va de même, dans une moindre mesure, pour de nombreux comptes fascistes et néo-nazis. Ainsi que des dommages collatéraux, comme récemment Grégoire Perra, lanceur d’alerte sur le sujet de l’anthroposophie, bloqué sur Twitter pour avoir cité les écrits racistes de Steiner.

Mais les lanceurs d’alerte, les antifas, les LGBT+, les militant⋅e⋅s féministes ou les personnes de couleur, ça va, on peut les bloquer. Et c’est la même chose, même si on y met moins d’entrain, pour les Charles, les membres du GUD, les incels ou les SS autoproclamés. Ce ne sont pas des présidents des USA, elleux !

Finalement, ce qui fait suer des narines les représentant⋅e⋅s de la gauche et de la droite française, c’est que ça peut désormais toucher aussi les comptes personnels des élu⋅e⋅s. Celleux qui sont au-dessus de la populace. Celleux dont le propos est toujours juste, bienvenu et nécessaire.

Si on fait taire des néo-nazis qui ont une écharpe tricolore, ce n’est pas Pétain mais Molière qu’on assassine. C’est Marianne qui pleure le siècle des lumières.

Bon sang de bois, c’est juste un compte Twitter d’une des personnes les plus influentes et puissantes de la planète. On parle d’un homme riche, blanc, président d’une des plus grandes puissances mondiales. Vous croyez que fermer son compte génère une perte de liberté d’expression ?

Trump peut provoquer une conférence de Presse quand il le souhaite.
Il a une armée de soutiens prêts à relayer et à inventer (coucou Q) tout ce qu’iels peuvent pour le sauver de sa déchéance.
Fox News est littéralement une antenne relai de chacune de ses pensées, il pourrait y servir n’importe quelle soupe − et il n’a pas manqué de le faire.

Que l’on reproche à Twitter de bloquer Trump, c’est l'équivalent de reprocher à Médiapart de ne pas accorder une interview à Soral. C’est un média. Ce n’est pas l’ensemble de la parole d’un homme. Et qui plus est, ici, c’est son compte personnel et non son compte officiel qui est envoyé au silence.

Moi, ça me fait mal de voir une gauche antifasciste pleurer la fermeture d’un compte fasciste sur un site autoritaire. Et ça me fait mal de voir cette gauche encore penser que la liberté d’expression se résume à un compte Twitter ou à un plateau télé. Est-ce que Zemmour a réussi à semer ses graines jusque dans le crâne de Ruffin, des Insoumis et de nombreuxes autres communistes ? Est-ce que l’argumentaire de l’extrême droite qui lui permet de garder grandes ouvertes les portes de tous les plateaux sous couvert de « liberté d’expression » a réussi à se frayer un chemin si long qu’il en a atteint celleux qui la combattent ? [6]

Très réussi le confusionnisme de l’alt-right, les argumentaires dédiabolisés du Front Rassemblement National. C’est super, ça a pris le temps que ça a pris, mais l’effet est là. Les antifas sont les vrais fascistes [7], et la gauche est si tolérante qu’elle doit tolérer l’intolérance. Sinon, c’est du fascisme − et le terme n’est jamais galvaudé dans le cas où c’est l’extrême droite qui l’utilise sur l’extrême gauche. Et oui, je pratique ici le sarcasme. Regardez-moi rire sarcastiquement.

À un moment, on devrait être les premier⋅e⋅s à se réjouir de faire taire la parole fasciste. D’où qu’elle vienne, et où qu’elle soit. [8]
On parle de nazis, on parle de fascistes, on parle de suprémacistes blancs. Qui ont été qui plus est infiltré⋅e⋅s par la nouvelle dérive sectaire qu’est QAnon.
On parle de gens qui défendent leur président en portant des vêtements « 6M wasn’t enough » et « Auschwitz Camp ».
Et ces mêmes gens essaient de bloquer la démocratie dans leur pays.

La liberté d’expression ne doit jamais être utilisée pour nuire au bien des autres. C’est là qu’est posée sa limite. Vous auriez laissé son compte Twitter à Hitler ? Vous l’auriez accueilli sur votre instance ? Juste parce qu’il a un droit inaliénable à l’expression, quand bien même les conséquences seront ce qu’elles seront ?

Et alors, parce que je le vois venir, non, ce n’est pas un point Godwin.
Rapprocher les nazis des nazis, ce n’est pas un point Godwin. Il faut arrêter d’avoir peur d’appeler un faf un faf, et d’appeler un nazi un nazi. Ces gens se tatouent des croix gammées, des symboles nazis, portent des slogans nazis, affichent des discours nazis. À un moment, je ne sais pas ce qu’il vous faut pour reconnaître qu’un nazi est un nazi.

Dans le cas d’un fascisme grandissant à travers tout l’occident, on vous dira, nous autres, qui sommes ravi⋅e⋅s de la fermeture de ce compte, que mieux vaut prévenir que guérir.
Et dans le cas d’un fascisme grandissant, c’est pas faute de vous avoir prévenus.

Enfin, ce qui va achever de me chagriner dans cette histoire, c’est qu’on va encore regarder la gauche française couiner pour réguler mieux Twitter, Facebook et consorts. La même gauche qu’on n’a jamais réussi à faire regarder ne serait-ce que du coin de son œil encroûté les solutions alternatives qu’elle devrait porter. On veut un réseau social qui soit du service public ? Très bien, il existe tout le nécessaire pour le faire. Foutez la paix à Twitter, et regardez enfin ce qu’il se dit et passe à côté.

On vous parle gouvernance numérique depuis 20 ans et vous n'écoutez jamais. Il aura fallu qu’un fasciste se fasse bloquer pour vous émouvoir des problématiques que cela pose. Vous en émouvoir de travers, mais vous en émouvoir quand même.

Alors oui, ma gauche qui n’en a jamais rien eu à foutre du danger des GAFAM mais qui s'émeut que Twitter ferme ses services à des fascistes sous prétexte qu’ils sont trop riches et puissants pour ça ; cette gauche-là, oui, sérieux, ta gueule.


  1. https://www.lexpress.fr/actualite/monde/amerique-nord/trump-boude-le-compte-twitter-presidentiel-et-compte-garder-le-sien_1869490.html ↩︎

  2. Spéciale dédicasse d’ailleurs à ce partisan de Trump qui portait un sweat « anti-anti-fa », qui est donc la définition de « fa ». Mec. Sérieux. ↩︎

  3. Enfin, la démocratie semi-représentative, vous savez ce que j’en pense puisque vous savez que je suis anar’. ↩︎

  4. lol, “acab"it. Hey, je devrais acheter acab.it !? ↩︎

  5. https://www.france24.com/fr/20171106-aucune-raison-twitter-a-bloque-recherches-photo-liees-mot-bisexuel ↩︎

  6. Oh, qu’il est mal écrit cet article. Je l’ai écrit avec autant de cœur que quand Ruffin a persisté et signé dans son article « Trump chassé de Twitter : “Ruffin sérieux, ta gueule” » ? https://francoisruffin.fr/trump-twitter/ ↩︎

  7. D’ailleurs, scrollez sous n’importe quel post polémique autour du Capitol pour trouver l’argumentaire de l’alt-right comme quoi ce sont en réalité des antifas qui ont envahi le Capitol et posé des bombes et tué des flics ! ↩︎

  8. Ségolène Royal vous dirait « vous pensez que le Général de Gaulle aurait vendu la France à Donald Trump ? » ↩︎